L'Histoire du Québec

Aller en bas

L'Histoire du Québec

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 17:39

« Nous sommes en 2008 après Jésus-Christ ; tout le Canada est occupé par les Anglophones...
Tout ? Non ! Car une région peuplée d'irréductibles francophones résiste encore et toujours à l'envahisseur.
Et la vie n'est pas facile pour les bourgs retranchés de Montréal, Québec et Trois-Rivières... .
Cette région « françoise » d’Amérique résiste à l'envahisseur grâce à un plat magique
préparé par les druides cuisiniers, qui procure
momentanément une force surhumaine à quiconque en mange : la Poutine ! »





Chronologie de l’histoire du Québec (et du Canada)
Ou l’histoire d’une guerre franco-anglaise


1-La Nouvelle France (1534-1760)

1534: Jacques Cartier prend possession du Canada au nom du roi de France.
1608: Samuel de Champlain fonde Québec.
1642: Fondation de Montréal (Ville-Marie) par Paul Chomedy de Maisonneuve.
1759: Guerre de la Conquête et bataille des plaines d'Abraham. Montcalm et Wolfe sont tués. Capitulation de Québec le 17 septembre.
1760: Vaudreuil signe la capitulation de Montréal. Fin du régime français en Nouvelle-France.

2-Le régime anglais (1760-1867)

1761: Un an après la conquête, la colonie se vide de toute son élite économique, le commerce étant l'affaire des Anglais.
10 février 1763: Traité de Paris. La paix est proclamée entre la France et L'angleterre.
7 octobre 1763:Proclamation Royale: La Nouvelle-France devient alors la Province of Québec, ses frontières sont réduites, les lois anglaises entrent en vigueur et le serment du Test est obligatoire pour entrer dans la fonction publique.
1774: Afin de s'assurer de l'allégeance des Canadiens-Français advenant une invasion américaine, l'Angleterre octroie l'Acte de Québec, qui remet les lois françaises et le catholicisme en vigueur.
1791: Acte constitutionnel. Cet acte divise le Canada en 2 parties: le Bas-Canada (Québec) et le Haut-Canada (Ontario). Les deux provinces ont le pouvoir d'élire leurs députés et d'édicter leurs lois.
1801: Mise en place d'un réseau scolaire qui vise l'assimilation à la loi protestante et à la langue anglaise.
1806: Fondation du premier journal patriote (pro-français), Le Canadien.
1834: Le Parti Patriote remporte une éclatante victoire aux élections et présente ses "92 résolutions".
1837: Devant le refus de Londres de prendre en considération les demandes des Patriotes, des assemblées publiques se tiennent partout en province. Les assemblées sont aussitôt interdites par le gouverneur Gosford. À l'automne, la rébellion éclate. La répression des Anglais est immédiate: villages brûlés, population molestée.
1838: Nouveau soulèvement des Patriotes et la répression est encore plus forte cette fois: 58 personnes sont déportées et 12 pendues.
1839: Lord Durham recommande l'assimilation des Canadiens-Français par l'anglicisation et l'immigration.
1840: Pour mettre les Canadiens-Français en état d'infériorité politique, Londres sanctionne la loi de l'Union, qui crée le Canada-Uni. La langue anglaise y devient la seule langue officielle. Même si le Haut-Canada (Ontario) a une dette 13 fois plus élevée que le Bas-Canada (Québec), il y a mise en commun des dettes. De plus, les 2 Canadas sont représentés par le même nombre de députés, même si le Bas-Canada (Québec) est plus peuplé que le Haut-Canada (Ontario).
1867: Entrée en vigueur de la Confédération. Cet acte consacre la minorisation politique des Francophones au Canada: le Québec ne forme plus qu'une province sur 4 et représente 33,7 % de la population canadienne.


3-Le Canada (1867-1924)

1871: Le Common School Act interdit l'enseignement du français au Nouveau-Brunswick.
1873: Le Québec ne forme plus qu'une province sur 7.
1876: Adoption par le gouvernement fédéral de la loi sur les Indiens, qui les confinent à des réserves très exiguës.
1877: Le Public School Act interdit l'enseignement du français à l'Île-du-Prince-Edouard, au grand dam des Acadiens.
1885: Soulèvement des Métis. Après un procès malhonnête et truqué, Riel, le chef des Métis, est pendu le 16 novembre à Régina. Comme les Métis sont francophones, 50000 personnes se réunissent à Montréal pour protester.
1890: L'immigration ayant permis aux anglophones de devenir majoritaires au Manitoba, le premier ministre manitobain Greenway abolit les droits du français à l'école, au Parlement et devant les tribunaux.
1905: L'Alberta réduit l'enseignement du français aux première et deuxième années. Après: une demi-heure par jour.
1912: L'Ontario réduit l'enseignement du français à la première année du primaire.
1916: La loi Thornton abolit l'enseignement du français au Manitoba.
1918: Après 5 jours d'émeutes à Québec contre la conscription, un régiment de Toronto est dépêché sur les lieux et tire sur la foule à la mitrailleuse: 4 morts et 70 blessés.
1927: Le conseil privé de Londres accorde le Labrador à Terre-Neuve, et ce au détriment du Québec.


4-Le Québec moderne (1929-2008)

1929: Début de la Grande Dépression.
10 septembre 1939: Le gouvernement fédéral promet au Québec qu'il n'y aura pas de conscription.
1940: Camilien Houde, maire et député de Montréal, est arrêté pour s'être opposé publiquement à la conscription. Houde est interné sans procès pendant quatre ans.
1942: La presse anglophone, le PC et certains libéraux, réclament la conscription. Pour se libérer de ses engagements envers le Québec, Mackenzie King organise le 27 avril un plébiscite dans tout le Canada. Résultat: le Québec refuse la conscription à 80 %. Le Québec doit donc se plier à la décision de la majorité.
1948: Le fleurdelisé devient le drapeau officiel du Québec.
10 septembre 1960: Marcel Chaput et André d'Allemagne fondent le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN).
10 juin 1961: 15,2 % des Québécois sont favorables à l'indépendance du Québec.
1962: Un sondage révèle que 26,2 % des Québécois sont en faveur de l'indépendance du Québec.
30 mai 1964: Pierre Bourgault devient chef du RIN.
24 juillet 1967: Charles de Gaulle, président de la République française, lance son fameux: "Vive le Québec Libre!" du balcon de l'hôtel de ville de Montréal.
25 juin 1968: Pierre-Elliott Trudeau est élu premier ministre du Canada et parlera du "lousy French" (Français dégueulasse) des francophones québécois.
1970: Crise d'Octobre. Le FLQ tue Pierre Laporte. Trudeau décrète la loi des mesures de guerre et des centaines d'arrestations sans mandat sont effectuées.
15 novembre 1976: Le PQ prend le pouvoir. C'est la première fois qu'un parti indépendantiste prend le pouvoir au Québec.
1977: Adoption par le gouvernement du Québec de la loi 101, qui va beaucoup plus loin que la loi 22 dans l'affirmation de la primauté du français. Regroupés dans Alliance Québec, un groupe de pression largement financé par Ottawa, des anglophones contesteront la loi devant les tribunaux et réussiront au cours des ans à en faire invalider d'importantes sections.
1980: Premier référendum: le camp du OUI récolte 40,4 % des votes contre 59,6 % pour le NON. Les francophones sont divisés en deux blocs presque égaux.
4 novembre 1981: Négociations constitutionnelles entre Ottawa et les provinces. En pleine nuit et à l'insu de Lévesque, Chrétien négocie avec les provinces anglophones dans la cuisine du Château Laurier et se met d'accord avec elles sur le rapatriement de la constitution. Le Québec, isolé, voit ses pouvoirs diminués dans le domaine de la culture et de l'éducation.
17 avril 1982: La constitution est officiellement rapatriée, sans l'accord de Québec.
18 mars 1988: Jacques Parizeau devient chef du PQ.
15 décembre 1988: La cour suprême du Canada déclare illégal l'unilinguisme français obligatoire dans l'affichage commercial et les raisons sociales. Révolte au Québec.
23 juin 1990: Échec de l'accord du lac Meech. Quelques provinces refusent de reconnaître le caractère distinct du Québec.
25 juillet 1990: Création du Bloc Québécois par Lucien Bouchard.
14 décembre 1993: Daniel Johnson devient chef du PLQ.
15 mars 1995: Stanley Hart, ex-conseiller de Mulroney, déclare qu'en cas d'une victoire du OUI au référendum, le devoir de Chrétien sera "de faire souffrir économiquement le Québec afin d'éviter que la sécession ne soit proclamée". Stéphane Dion ajoute que "plus ça fera mal, plus l'appui à la souveraineté baissera."
30 octobre 1995: Deuxième référendum: le OUI récolte 49,4 % des voix et le NON 50,6 %. Les Québécois francophones votent OUI à 61 %. Parizeau impute la défaite "à l'argent et au vote ethnique" et démissionne le lendemain.
2 juin 1997 : Le 2 juin, élection fédérale. Les libéraux de Jean Chrétien forme le gouvernement. Au Québec, le Bloc Québécois (de Gilles Duceppe) réussit à faire élire 44 députés.
30 novembre 1998 : Le 30 novembre, élection provinciale au Québec. Le Parti Québécois, sous la direction de Lucien Bouchard, garde le pouvoir aux dépens du Parti libéral dirigé par Jean Charest
1er avril 1999 : Le 1er avril, création au nord du Canada d'un nouveau territoire, le Nunavut, qui sera administré par un parlement inuit. Le Nunavut englobe une superficie plus grande que Terre-Neuve, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et le Québec réunis. Le mot Nunavut signifie « notre terre ». La population du nouveau territoire est composée à 85 % d'Inuits.
27 novembre 2000 : élection fédérale. Les libéraux de Jean Chrétien réussissent à se faire réélire à la tête du gouvernement. Au Québec, le Bloc Québécois réussit à faire élire 38 députés.
8 mars 2001 : suite à la démission de Lucien Bouchard qui quitte la vie politique pour se consacrer à sa famille, Bernard Landry devient Premier ministre du Québec et chef du Parti Québécois.
14 avril 2003 : les Libéraux de Jean Charest prennent le pouvoir des mains du Parti Québécois.
12 décembre 2003 : Jean Chrétien prend sa retraite comme premier ministre après dix ans de règne, et cède sa place à son adversaire de longue date au sein même du Parti Libéral du Canada, Paul Martin, qui devient alors le 21e premier ministre du Canada.
28 juin 2004 : élection fédérale. Les libéraux de Paul Martin obtiennent un gouvernement minoritaire. Au Québec, le Bloc Québécois de Gilles Duceppe réussit à faire élire 54 députés.
2008 : La ville de Québec fête son 400e anniversaire.

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Histoire du Québec

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 18:18

Signification de quelques termes


CANADA
Ce mot est originaire de la langue iroquoise, plus particulièrement du mot «kanata» qui signifie «village». Jacques Cartier crut qu'il s'agissait là du nom de tout le pays. Le nom de Canadien ne sera utilisé que par la population francophone de la vallée du Saint-Laurent (les Québécois d'aujourd'hui), jusqu'à ce que les compatriotes anglais se l'approprient vers la fin du XIXe siècle. Désireux de souligner le caractère distinct de leur identité, les Canadiens deviendront Canadiens-Français, puis finalement Québécois dans les années 1960.




QUÉBEC
Deux possibilités quant à l'origine et la signification de ce mot. La première est qu'il viendrait de la langue iroquoise et signifierait «Là où le fleuve se rétrécit». La seconde veut qu'il découle plutôt du mot montagnais «képak» qui veut dire «débarquez». Champlain aurait donc pris l'invitation faite par les autochtones de débarquer pour le nommer de la langue iroquoise et signifierait «Là où le fleuve se rétrécit». La seconde veut qu'il découle plutôt du mot montagnais «képak» qui veut dire «débarquez». Champlain aurait donc pris l'invitation faite par les autochtones de débarquer pour le nom de l'endroit.


La devise du Québec



Son origine
Eugène-Étienne Taché (1836-1912), architecte et sous-ministre des Terres de la Couronne, fit graver dans la pierre, sous les armes du Québec qui apparaissent au-dessus de la porte principale du parlement, la devise Je me souviens. Elle fut utilisée et désignée comme la devise du Québec durant plusieurs décennies. L'adoption en 1939 de nouvelles armoiries du Québec sur le listel desquelles elle figure, raffermit son caractère officiel.

Sa signification
En l'absence de textes où Eugène-Étienne Taché expliquerait ses intentions, c'est en se plaçant dans le contexte où il a créé cette devise qu'on peut en comprendre la signification. Taché a conçu la décoration de la façade de l'hôtel du Parlement comme un rappel de l'histoire du Québec. Il en a fait un véritable Panthéon. Des bronzes y représentent les Amérindiens, les explorateurs, les missionnaires, les militaires et les administrateurs publics du Régime français, ainsi que des figures du Régime anglais, comme Wolfe, Dorchester et Elgin. D'autres éléments décoratifs évoquent des personnages ou des épisodes du passé et Taché avait prévu de l'espace pour les héros des générations à venir. La devise placée au-dessus de la porte principale résume les intentions de l'architecte : Je me souviens... de tout ce que cette façade rappelle.


On la retrouve actuellement sur les plaques d'immatriculation



Les deux hommes sans qui le Québec ne serait pas !


Jacques CARTIER (1491-1557)

Jacques Cartier naît à Saint-Malo en 1491, un an avant la découverte de l'Amérique. Il vient au Canada en 1534, avec deux navires, et en 1535, avec trois navires : la Grande Hermine, la Petite Hermine et l'Émérillon. Le 24 juillet 1534, Jacques Cartier plante une croix à Gaspé, portant le blason royal : trois fleurs de lys sur fond d'azur ; il prend alors possession du Canada, au nom du roi de France, François 1er. Découvreur du Canada, Cartier explore Terre-Neuve, les îles du golfe Saint-Laurent, le fleuve Saint-Laurent, ses rives, et passe deux hivers au Québec : en 1535-1536 et en 1541-1542. Grâce à ses relevés cartographiques et à son inventaire des richesses du pays, Jacques Cartier prépare la venue de Samuel de Champlain et l'enracinement définitif du fait français au Québec.



Samuel de CHAMPLAIN (1567-1635)

Né à Brouage, Samuel de Champlain se rend en Nouvelle-France, pour la première fois, en1603. Il fonde l'Acadie, en 1604, et la ville de Québec, en1608. Grand explorateur, Champlain visite la côte nord-est de l'Amérique du Nord, le Richelieu, le lac Champlain, l'Outaouais, les grands lacs Huron et Ontario. En 1634, Champlain envoie La Violette fonder Trois-Rivières et il prépare la création de Montréal, qui aura lieu en 1642. Champlain fit venir en Nouvelle-France des familles, des artisans, des soldats; il invita les Récollets et les Jésuites, pour l'aider à bâtir la colonie. Une première présence française, permanente, s'instaure au Québec. Grâce à Samuel de Champlain, le Québec voit le jour.
Saluons le père du Québec et de l'Acadie.

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum