Parlez vous le Québécois ?

Aller en bas

Parlez vous le Québécois ?

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 17:15

Parlez-vous le Québécois ???

Petite discussion entre un français et un québécois...

- "Qu'est-ce que ça veut dire guidoune ?
- Euf... c'est genre une fille mal vue, facile...
- Ben, c'est quoi la différence avec pitoune ?
- Euf... pitoune c'est plus comme une belle fille qui s'habille trop sexy...
- C'est pas une poupoune ca?
- Ouin... une poupoune, c'est moins méchant que pitoune... quoique ça dépend...
- Alors je peux dire "poupoune" à ma blonde ?
- Si cela constitue une taquinerie ou une farce... oui.
- Ah... Nounoune, c'est quoi ?
- Une niaiseuse, pas vite vite... une coucoune quoi!
- Une coucoune ?
- Ben oui, c'est la même chose.
- Une guidoune est-elle automatiquement nounoune?
- Non.
- Et pour toutoune ?
- Ca, c'est une fille plutôt dodue... comme dans "grosse toutoune".
- Y a des synonymes ?
- Oui, doudoune, mais c'est plus gentil dire ça que toutoune.
- Je peux dire doudoune à ma blonde ?
- Non, sauf si tu veux qu'elle te fasse la baboune... t'es mieux de lui dire chouchoune...
- Chouchoune ?
- Ma chouchoune d'amour.
- Ok. Est-ce qu'une guidoune peut être une poupoune en même temps?
- Non. Mais que tu sois une guidoune, une pitoune, une poupoune, une doudoune, une toutoune, une coucoune ou une nounoune: c'est jamais vraiment positif! À cela tu ajoutes aussi minoune et moumoune...
- Ca devient compliqué...
- Une minoune, c'est une guidoune au chômage, un vieux char ou un chat.
- Une moumoune, c'est quelqu'un de peureux ou un homme avec des manières efféminées.
- Donc, si je comprends bien, une guidoune, finalement, c'est une ancienne pitoune devenue toutoune qui fait la baboune parce qu'elle se trouve nounoune d'avoir été moumoune ?
- Vitement de même, on peut dire ça, oui
- Merci chouchoune...
- Ya pas de quoi mon ti-coune !
- Ti-coune ?????"

Ti-coune est quelqu'un de pas très futé ou d'un peu étrange... C'est un terme difficile à décrire!

Pour ceux qui sont complètement perdus, le lexique suit...
:D

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parlez vous le Québécois ?

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 17:19

Petit lexique FRANCO-QUÉBÉCOIS

Introduction


Le français parlé au Québec n’est comparable à aucun autre. C’est une langue à part entière qui évolue tout le temps, et du fait de sa position géographique s’anglicise petit à petit… N’ayons pas peur !!!! Le Français restera français, les ajouts anglophones étant francisés automatiquement !!!

Les expressions québécoises populaires permettent de nous souvenir du parlé français d’il y quelques décennies ou siècles. C’est un précieux héritage

Pourquoi le français québécois n’a t-il pas évolué comme le notre ?
- Chaque colons français débarquant au Québec arrivait avec son patois, ses traditions et ses différences. Le Québec était alors peuplé de percherons, vendéens, normands, bretons… et d’autres provinces françaises.

- Il était dès lors très compliqué de se comprendre entre voisins… donc il a été décidé de choisir une seule langue qui serait commune à tous : Le François parlé à la cour du Roi et non celui des lettrés et philosophes.

- C'est pourquoi le français québécois a ses particularités, tels que l'usage de «y» au lieu du «lui» ou encore l »utilisation du « i » comme dans assisez-vous. Tout comme pour l’utilisation des « moé » et « toé » . L’utilisation du « eux » en fin d’adjectif, vient lui du normand (majoritairement partis au Québéc ) : siffleux, robineux, seineux, têteux, niaiseux, ostineux, ou senteux.

- Le fait que la langue n’ai pas évolué vien également du fait qu’à partir de 1759, le Québec n’a plus de contact avec la France. La langue s’est donc développée différemment de la nôtre, et s’est enrichie de mots régionaux, anglais tout en conservant ce que l’on appelle des mots archaïstes.

Exemples :

Vive les raccourcis de la langue:
Spoiler:
asteur pour (à cette heure )
pantoute pour (pas du tout)
pis pour (et puis)
j'veux pour (je veux)
Le « t » persiste dans les expressions:
Spoiler:
Y fait frette (froid), mon litte (lit), viens icitte (ici), pomme pourritte (pourrie), signe ton tchèque (chèque,), c'est l'boute (c'est le bout)
Ajout de « tu » après les questions:
Spoiler:
T'en veux-tu? (Est-ce que tu en veux?), Y en veulent-tu ? Tu m'écoutes-tu? Je l'ai-tu?

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parlez vous le Québécois ?

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 17:31

LEXIQUE

Expressions populaires
Spoiler:
asteure = maintenant
As-tu fini de chigner ? = arrête de pleurnicher
Avoir une crotte sur le cœur = cultiver de la rancune.
beurrer épais = exagérer une situation
Bizouneux : quelqu’un qui saute d’une chose à l’autre, qui ne fait rien de stable
Boss de bécosse : quelqu’un de peu d’envergure qui veut se donner de l’importance
C’est correct : Tout va bien, ok
C’est écoeurant : c’est magnifique, extraordinaire
C’est kioute : c’est mignon
Ca n’a pas de bon sens : C’est impossible
Ca s’peut tu ? : Est-ce possible ?
C'est ben d'valeur: c'est regrettable, c'est malheureux.
C'est plate icitte: c'est ennuyant ici, il ne se passe rien.
coudon, as-tu la danse de St-Guy = il bouge tout le temps
Drette lâ : Tout de suite là maintenant
Faire du magasinage : Faire du shopping
Icitte : déformation du mot ici
Kessé ça?: Qu'est-ce que c'est?
Le dépanneur: L'épicier du coin
Ma blonde: Ma petite amie
Magasiner: Faire la tournée des magasins
Mauditement bon: Très bon
Misère: Difficulté
Mon chum: Mon petit ami, mon bon copain (entre mâles)
Ousqualé?: Où est-elle?
Ousque t'étais?: Où étais-tu?
Pantoute : Pas du tout
Pas pire: Pas mal dutout
Viens icitte: Viens ici.
Y fait frette: Il fait très froid

Attention ! sens contraire…
Spoiler:
avoir un rapport = faire un rot
Catin : poupée
les gosses : les testicules
P’tite bite : Un tout petit peu, pas beaucoup
Se branler : Bouger, se dandiner
Se faire bourrer : se faire raconter des histoires
Sucette : Suçon (marque laissée sur la peau après l’avoir sucée fortement)
Suçon : Sucette

Expressions « être…, avoir… aller…»
Spoiler:
Aller à la malle : Aller à la poste ou à la boîte aux lettres
Aller aux bécosses: Aller aux W.C.
Aller aux vues: aller au cinéma.

Avoir d' la misère à…: avoir de la difficulté à….
Avoir du bacon : Etre riche
Avoir les mains plein de pouces: malhabile de ses mains.
Avoir du guts (to have guts): avoir du cran, du courage
Avoir juste le cul et les dents : N’avoir aucune personnalité


Être comme une queue de veau: Etre hyperactif.
Etre croche : Etre malhonnête
Etre en famille : Etre enceinte
Être fripé: avoir de la difficulté à se réveiller.
Être off. être en congé provisoire
Etre assis sur son steack : rester assis à ne rien faire
être chicken = avoir peur
Etre sur le piton : Etre en pleine forme


Autres expressions
Spoiler:
c'est un beau tireux de pipes = en parlant d'un blagueur
C'est un bon jack = quelqu'un de bien, gentil
Chigner : s’emploie quand on veut parler d’un enfant trop gâté qui pleurniche pour un rien
Chiquer la guenille: boudeur.
faire la baboune = bouder
Il est bizouneux = quelqu'un qui ne fait pas grand chose
Il rempironne au lieu de s'emmieuter: se dit de quelqu'un qui empire au lieu de s'améliorer.
j'ai le moton = être ému
j'ai tu une poignée dans le dos ? = tu me prends pour un imbécile ?
je suis rendu au boutte = je suis épuisé
La boss de bécosses = quelqu'un qui donne des ordres
Mettre ses culottes: prendre ses responsabilité.
Niaiseux(seuse): Imbécile
Saffe comme un cochon: Gourmand
Se branler dans le manche = difficulté à faire un choix
se poigner le moine = être là à ne rien faire
S'exciter le poil des jambes: s'énerver, s'impatienter.
té viré su'le top = t'as perdu la tête
t'énerves pas le poil des jambes = panique pas
Têteux : Lêche-botte, quelqu’un prêt à dire n’importe quoi pour obtenir des bonnes grâces
Ti-cul: Morveux ou petite personne
un beau smatte = un gars qui n'agit pas intelligemment
Un enfant de nananne: être détestable, difficile.
Un tireux de pipes : raconteur d’histoires
y a tu vu la binne ? = as-tu vu son expression en parlant de quelqu'un

Vêtements
Spoiler:
Avoir de l'eau dans la cave: avoir les pantalons trop courts.
Bas-culottes : collants
Jaquette : vêtement que l’on porte pour aller dormir
Short (les) : Slip d’un homme
zipper: monter la fermeture éclair

Nourriture/boisson
Spoiler:
Bleuet: Myrtilles
Ça y sort par les oreilles: Il est repu
Canisse : canette de bière ou de soda
canne: (can) boîte de conserve
Chotte (une) : un petit coup, un peu (une chotte de cognac)
De la liqueur (boisson gazeuse)
dépanneur : petite épicerie où l’on trouve tout et qui est ouverte au-delà des heures normales
Des patates pilées (pommes de terre en purée)
dîner : déjeuner (repas du midi)
Graisseuses (des) : frites
Lever le coude: Prendre plusieurs bières
Mâche-patates (le) : bouche
Manger comme un bûcheron: S'enpiffrer
Patates pilées : Purée de pommes de terre
Roteux (les) : Expression populaire pour parler des hot-dogs
Se sucrer le bec: Manger des sucreries
Un dépanneur (petit magasin général)

Alcool
Un petit coup de fort = prendre de la boisson alcoolisée
Boire comme un biberon: S'enivrer
Boire comme un trou: Boire beaucoup (alcool)
Faire barrique: S'enivrer
Paqueté comme un œuf: ivre
Se chauffer le gorgeton: Boire un verre (eh oui! Encore!)
Se rincer le bec: Boire un verre
Se rincer le dalot: Boire un verre
Se taper une broue: Prendre une bière
y é guerlot ce soir = il a trop bu

Relations Hommes/Femmes
Spoiler:
avoir les yeux crasse = des yeux enjôleurs
Bec : un baiser
Chanter la pomme: faire la cour.
courir la galipotte = avoir de nombreuses aventures
Cute (quioute): Joli(e), mignon(ne)
Donner un bec sur la suce : Donner un baiser sur la bouche
elle veut son biscuit = elle désire une relation sexuelle
Etre accoté : vivre en concubinage
Fifi : homosexuel
Guidoune : femme de petite vertu
je vais la domper = je vais terminer notre relation
Partir pour la famille: débuter une grossesse.
Pitoune : Fille plutôt plantureuse
Scorer : Pour parler de quelqu’un dans le langage populaire qui a une très forte activité sexuelle.
Se crosser : Se masturber
Se matcher: trouver un(e) partenaire
Serin : Un homosexuel
Une vieille sacoche : une vieille femme
y a de la mine dans le crayon = un gros appétit sexuel

Expressions corps ( sexe)
Spoiler:
Bizoune : pénis dans le langage populaire
Chnolles (les) : les testicules, les couilles
elle a toute une paire de jos = elle a de gros seins
Gosses (les) : mot dans le langage populaire pour parler des testicules
Graine : mot vulgaire pour parler du pénis
les gosses : les testicules
Moine (le) : dans le langage familier le pénis
Paquet (le) : Expression populaire désignant les organes génitaux masculins
Pissette : Dans le langage familier pour désigner le pénis
Totons (les) : Pour parler des seins d’une femme
Zésine (la) : Mot populaire pour parler du pénis

Maladie
Spoiler:
Avoir le cœur dans la gorge : avoir envie de vomir
Avoir le va vite : avoir la diarrhée
Câler l’orignal : Vomir après avoir trop bu
Filer croche : ne pas se sentir bien physiquement

Animaux
Spoiler:
Bébitte à patates : coccinelle
Bibitte: Insecte ou animal inconnu
Une bébitte à patates = une bête à bon Dieu
Un maringouin: Un moustique

Objets/Divers
B/D
Spoiler:
Balayeuse : Aspirateur
Barniques : Lunettes
Bicycle à gaz: Moto
braker: freiner

Cadran : réveil-matin
Câler : (adaptation du mot anglais call : appel) Ex : t’as juste à Me câler au téléphone
Changer son capot de bord: changer d'idée.
Char : voiture, automobile
Chauffer son char : conduire sa voiture

De la pâte à dents (dentifrice)
décrisse : que l’on donne à quelqu’un pour lui signifier de partir et vite
dégraye la table = desservir la table
Des vidanges (ordures)
Driver : celui qui conduit, qui dirige
E/J
Spoiler:
Ecrire en lettres carrées : écrire en capitales
En criant lapin: en un rien de temps, sur le champ.
Etre belette : Mettre son nez partout

Faire du pouce: faire de l'auto-stop.
Faire l’ordinaire : faire la cuisine de tous les jours
Faire un flat : crever un pneu
Flos (les) : quand on veut parler des enfants. Ex : peux-tu surveiller mes flos ? je reviens tout de suite
Flusher la toilette : tirer la chasse d’eau
Foufounes : fesses de bébés

Il pleut à boire debout: se dit lors d'un orage torrentiel.
il sent le ouistiti = il pue

ja vais aller gazer = aller mettre de l'essence
les garcettes en l'air = gesticuler beaucoup
L/O
Spoiler:
Livre du téléphone : annuaire téléphonique

M'a aller gazer mon char: Je vais aller faire le plein.
Maller une lette : Poster une lettre
Mouiller à boire debout: une bonne averse.
Mouver : déménager

Nettoyeur : pressing
Niaiser: Berner, flâner

On n’est pas sortis du bois : on n’est pas au bout de ses peines
on n'est pas sorti du bois = on est pas à bout de nos misères
ousse que j'ai mis barniques ? = chercher ses lunettes
P/R
Spoiler:
Pacter ses p'tits: ramasser en vitesse.
parquer: stationner
Partir comme un p’tit poulet : mourir doucement
Pas avoir une cenne : ne pas avoir d’argent
passer dans le beurre = manquer son coup
Passer la nuit sur la corde à linge: passer une nuit blanche.
Pitonner : Zapper, si on parle d’une télé, taper sur un clavier d’ordinateur
plasteur: (plaster) dyachilon
prendre une décision : Se brancher

Raide comme d'la corde de poche: avoir les cheveux droits et rebelles,pas moyen de les friser.
Rare comme de la marde de pape: pas facile à trouver.
rusher: travailler vite ou fort
S
Spoiler:
S’énerver les poils des jambes : perdre le contrôle d’une situation, s’énerver, paniquer
S’enfarger dans les fleurs du tapis : S’arrêter à des détails sans importance
Sacre moi la paix : laisse moi tranquille
Sacrer son camps: partir.
Se faire passer un Québec: se faire berner, rouler.
Se
tirer une bûche: prendre une chaise. Autrefois, les ménages modestes se
servaient de bûches pour s'asseoir, d'où l'expression.
s'enfarger dans les fleurs du tapis = s'arrêter à des détails insignifiant
S'enfarger dans les fleurs du tapis: s'arrêter à des petits détails, se compliquer la vie.
Sortir les vidanges : sortir les poubelles
Souffleuse: Chasse neige
T/Y
Spoiler:
Ti-cul: petite personne
Tiens ben ta tuque: fais attention.
tire-toi une bûche = viens t'asseoir
Tough (Toffe): Difficile, dure

Un aiguisoir (taille-crayon)
Une bécosse qui pue = WC, des toilettes à l'extérieur
Une chicane (conflit)
Une tabagie (vend des cigarettes et des journaux)
une vraie réguine = un truc qui fonctionne mal

Valise : coffre arrière d’une voiture
Veilleux : quelqu’un qui aime aller se coucher tard

Y parle comme y marche: parler mal.
y va manger ses bas = y va avoir de graves problèmes
Y'a la calotte calée jusqu'aux oreilles: la casquette enfoncée.

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parlez vous le Québécois ?

Message par Lady of the Tardis le Mer 5 Nov - 19:17

Les Sacres : Injures

Les injures québécoises ont souvent un rapport avec la religion catholique.





Sacres forts
Spoiler:
La prononciation est mise en parenthèse
Baptême
Christ (criss)
Calice (câliss)
Calvaire
Ciboire (cibouère)
Hostie
Sacrement (sacramant)
Tabernacle (tabarnak)
Vierge (viârge)
Jésus-Christ
Sacres légers
Spoiler:
Les injures douces, sont le plus couramment des déformations phonétiques des, insultes fortes.
Calvâsse
Calvince
Câline
Câline de bine
Tabouère
Clisse
Crime
Batèche
Sacramouille
Cibolaque
Simonak
Christophe
Tôrieux
Joualvert
Sirop
Tabarouette
Tabarslaque
Tabarnouche
Batince
Étole

Construction:
Les insultes peuvent se combiner les unes avec les autres pour construire une combinaison d'un impact plus fort, comme hostie de calice.
Chacun des mots peut également se décliner en verbe: il est courant d'entendre le verbe crisser être conjugué.
Pour plus de poids, les mots peuvent être sanctifiés, on parle alors de sainte-viarge.
Bien que vulgaire, les sacres peuvent être utilisés comme simple interjection (marquant la surprise, la douleur, la consternation).
Ils peuvent être utilisés comme noms communs et deviennent alors des insultes (en mettant "un(e)" ou "le/la" devant).
Ils peuvent qualifier (un calvaire de bon film), quantifier (il y en avait en tabarnaque) et certains sacres durs peuvent même
servir de verbes (crisser, câlisser, décâlisser, déconcâlisser, etc.)

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Parlez vous le Québécois ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum