Ils nous ont quitté...

Aller en bas

Ils nous ont quitté...

Message par Lady of the Tardis le Jeu 6 Nov - 11:07

Mort de l'écrivain américain Michael Crichton,
l'auteur de "Jurassic Park"




L'écrivain américain grand public Michael Crichton, auteur de dizaines de romans à succès dont "Jurassic Park", qui inspira le film éponyme, est mort à Los Angeles (Californie, ouest) à l'âge de 66 ans, a-t-on appris mercredi auprès de sa famille.

L'écrivain Michael Crichton à Culver city (Californie) le 22 janvier 2005 Agrandir la photo

Michael Crichton est décédé mardi "après une lutte courageuse contre le cancer", a précisé sa famille dans un communiqué diffusé sur le site de l'auteur. "Le monde a reconnu en lui un grand conteur d'histoires capable de défier nos idées préconçues à propos du monde qui nous entoure tout en réussissant à nous divertir", a ajouté la famille, rendant hommage "à un mari dévoué, un père aimant et un ami généreux".

L'écrivain était l'auteur de plus d'une dizaine de best-sellers, qui se sont vendus à plus de 100 millions d'exemplaires en 30 langues à travers le monde et est le créateur de la série télévisée "Urgences", un autre succès mondial.

Médecin, romancier et cinéaste, né le 23 octobre 1942 à Chicago (Illinois, nord), Michael Crichton était considéré comme l'inventeur du techno-roman à suspense. Il avait étudié l'anthropologie et avait enseigné à Cambridge en Grande-Bretagne, vivant pendant quelques années en Europe et en Afrique du nord, avant de reprendre des études aux États-Unis.

Il avait publié son premier best-seller alors qu'il était encore étudiant en médecine à Harvard (Massachusetts). Il écrivait pour financer ses études.

Le "Mystère Andromède" paru en 1969 avait immédiatement séduit Hollywood - le film était sorti en 1971 - avec son histoire de scientifiques américains combattant un virus extraterrestre provoquant des morts étranges dans un village du Nouveau Mexique.

Dans son roman "Jurassic Park", inspirateur d'un film à effets spéciaux innovateurs qui connut un succès planétaire en 1993, Crichton imaginait une série de personnages pris en chasse par des dinosaures créés à partir de traces génétiques, sur une île appartenant à un scientifique ambitieux.

Steven Spielberg, le réalisateur du film, a estimé dans un communiqué que "le talent de Michael dépassait en ampleur jusqu'à ses propres dinosaures de Jurassic Park". "Il était le meilleur quand il s'agissait de mélanger la science avec de grands concepts dramatiques", a-t-il ajouté, soulignant que c'était en réalité "une âme gentille qui réservait sa flamboyance pour ses romans".

En 2006, son roman "État de peur", un pavé de 600 pages qui mettait en doute la réalité du réchauffement climatique, avait attisé la controverse sur cette question qui divise les scientifiques et la classe politique aux États-Unis.

Offrant tous les ingrédients du genre (action, suspense...), ce "techno-thriller" donnait le rôle du "méchant" à une organisation écologiste qui dérive vers le terrorisme, planifiant des catastrophes naturelles pour convaincre l'opinion publique de la réalité du changement climatique et lever ainsi davantage de fonds.

"A travers ses livres, Michael Crichton a inspiré des étudiants de tous les âges, a mis au défi les scientifiques dans de nombreux domaines et a éclairci les mystères du monde de manière à nous les rendre compréhensibles", a ajouté sa famille dans son message sur internet. "Il nous laisse en héritage la soif de la connaissance, le désir de comprendre et la sagesse d'utiliser notre savoir pour améliorer notre monde", ajoute le message.

source : AFP

Bon voyage M. Crichton, vous nous aurez fait trembler avec vos romans...


Dernière édition par Lady of the Tardis le Lun 16 Mar - 14:28, édité 2 fois

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Derrick est mort...

Message par Lady of the Tardis le Lun 15 Déc - 19:44


"L'Inspecteur Derrick" est décédé à l'âge de 85 ans




L'acteur allemand Horst Tappert, qui a incarné l'inspecteur Derrick dans la série policière télévisée éponyme, est décédé à l'âge de 85 ans, a rapporté lundi le magazine Bunte, citant son épouse Ursula.

L'acteur est décédé samedi dans une clinique de Munich, dans le sud de l'Allemagne.

Il a joué l'inspecteur Derrick pendant près d'un quart de siècle. L'état de santé de Horst Tappert, qui incarnait un grand inspecteur toujours sérieux aux grosses lunettes aux verres fumés, s'était dégradé "à vue d'oeil" ces derniers jours, a indiqué Ursula Tappert à l'hebdomadaire "people".

Tappert, l'un des acteurs allemands les plus célèbres en Europe, avait fait ses adieux en 1997, après le tournage du 281e épisode de la série, diffusée entre octobre 1974 et octobre 1998.

Pour l'incarnation du personnage Stefan Derrick, toujours accompagné de son assistant Harry Klein, Horst Tappert avait obtenu divers récompenses, dont la croix du mérite en 1988.

"Inspecteur Derrick" avait connu un immense succès en Allemagne et dans le monde après des débuts un peu difficiles.

Souvent brocardée en raison de son manque d'action, la série a été diffusée dans 108 pays. De nombreuses études sociologiques ont analysé le phénomène Derrick.

source : Morandini

ça fait bizarre, même si je n'étais pas Derrickienne dans l'âme (loin de là), c'était une série cultissime de ma jeunesse passée chez mes grands-parents...

bon voyage Mr Tappert...

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ils nous ont quitté...

Message par Lady of the Tardis le Lun 16 Mar - 14:32

Mort à 61 ans d'Alain Bashung,
grand nom du rock français





Alain Bashung, l'un des chanteurs les plus importants de la scène musicale française, est mort samedi à 61 ans des suites d'un cancer du poumon, deux semaines après avoir triomphé aux Victoires de la musique.

Le chanteur de "Gaby", "Vertige de l'amour" ou "Osez Joséphine" a succombé dans l'après-midi, entouré des siens à l'hôpital Saint-Joseph à Paris, a précisé dans un communiqué le producteur de ses spectacles, Garance Productions, qui a annoncé sa disparition.

"C'est un prince qui ce soir nous a quittés, un immense poète, un chanteur engagé", a réagi le président de la République Nicolas Sarkozy.

Le 28 février, il était apparu fatigué et très amaigri aux Victoires de la musique, qui avaient été un triomphe pour lui: en remportant trois récompenses (interprète de l'année, meilleur album, meilleure tournée), il était devenu l'artiste le plus primé de l'histoire de la cérémonie (onze en tout). Chacun de ces trophées avait été salué par une ovation debout, hommages émouvants de la part du public et d'autres chanteurs.

"Ils m'ont tous fait passer une soirée magnifique, je ne pourrai jamais oublier cette soirée", avait-il déclaré en recevant son dernier prix.

Outre sa fatigue évidente lors des Victoires, le report de cinq concerts qu'il aurait dû donner ces dernières semaines avait également fait naître des inquiétudes sur son état de santé. Mais Alain Bashung sera resté en scène presque jusqu'au bout, en dépit de l'avancée de sa maladie.

Son ultime concert a eu lieu le 14 décembre dans la salle parisienne de l'Elysée Montmartre dans le cadre d'une série de spectacles dominicaux, "Les dimanches à l'Elysée".

"Incontestablement, ça m'a aidé" à lutter contre la maladie, avait dit le chanteur au sujet de sa tournée, lors d'une interview diffusée sur France Inter avant les Victoires de la musique.

"C'était quitte ou double: rester chez moi à tourner en rond ou aller dans une voie beaucoup plus difficile où il fallait une énergie incroyable", avait-il ajouté. "L'affection que m'envoyaient les gens, j'avais l'impression que ça pouvait me guérir de tous les maux. C'est d'une telle force qu'on se dit: je suis immortel maintenant".

Les concerts de sa dernière tournée, qui avait suivi la parution de l'album "Bleu Pétrole" en mars 2008, dégageaient une atmosphère très forte et particulière. Ils ont été salués pour leur classe et leur intensité.

Attitude de rocker, micro au poing, ou de vieux bluesman, assis sur un tabouret et harmonica aux lèvres, Bashung portait un petit chapeau de feutre pour dissimuler les effets de la chimiothérapie.

Sa maladie apportait un surcroît d'émotion dans l'esprit de ses fans, sans pourtant jamais que le pathos ne gagne ces spectacles, construits, comme sa carrière, sur une alternance de morceaux connus et d'autres plus obscurs et difficiles d'accès.

"Il nous avait annoncé un nouvel album", a déclaré samedi Pascal Nègre, le président de sa maison de disques, Universal, qui dit avoir été frappé par le fait que l'artiste "parlait au passé" lors des Victoires de la musique.

"Immense artiste, il laisse à la chanson française une œuvre forte, sensible, souvent mélancolique", a réagi la ministre de la Culture, Christine Albanel.

"Sa dernière tournée, finalement une tournée d'adieux et de refus de céder à la souffrance, a donné une immense émotion à tous ceux qui ont eu la chance de le voir", a témoigné l'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle Ségolène Royal, qui l'avait vu à La Rochelle au festival des Francofolies.

"Le public se souviendra de lui comme le gentleman rocker de la chanson française", a déclaré pour sa part le Premier ministre François Fillon.

Source

Je n'étais pas une fan inconditionnelle d'Alain Bashung, mais c'est un Grand Monsieur de la Chanson Français qui nous quitte... Bon voyage ...

_________________
avatar
Lady of the Tardis
Admin

Féminin
Nombre de messages : 856
Age : 40
Localisation : Dans le Tardis, of course...
Date d'inscription : 03/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ladyofthetardis.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ils nous ont quitté...

Message par Hachiko le Jeu 27 Aoû - 10:49

Mort de Ted Kennedy, ténor politique et dernier patriarche de la dynastie





Le sénateur démocrate américain Edward "Ted" Kennedy, ténor de la vie politique aux Etats-Unis et dernier patriarche de la dynastie Kennedy, atteint d'une tumeur au cerveau, est décédé mardi soir à l'âge de 77 ans, a annoncé mercredi sa famille.

"Edward M. Kennedy -- le mari, le père, le grand-père, le frère et l'oncle que nous aimions tant -- est mort tard mardi soir chez lui à Hyannis Port", son fief dans l'Etat du Massachusetts (nord-est), a déclaré la famille Kennedy dans un communiqué.

"Nous avons perdu le centre irremplaçable de notre famille et une lumière joyeuse dans nos vies mais sa foi, son optimisme et sa persévérance resteront à jamais dans nos coeurs", ajoute le texte. "Il aimait son pays et a voué sa vie à le servir", affirme encore la famille en soulignant son "combat infatigable" pour la justice sociale et contre la pauvreté.

Les hommages de leaders politiques américains et dans le monde ont aussitôt afflué.

Se disant le "coeur brisé", le président américain Barack Obama a déclaré qu'"un chapitre important de notre histoire s'est clos". "Notre pays a perdu un grand leader qui a relevé le flambeau de ses frères tombés, pour devenir le plus grand sénateur américain de notre temps", a-t-il dit depuis Martha's Vineyard (nord-est), où il est en vacances.

Le leader de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a exprimé sa tristesse face à la disparition de "notre patriarche", tandis que Nancy Reagan, l'épouse de l'ex-président conservateur Ronald Reagan, soulignait que son mari "et Ted avaient toujours su trouver un terrain d'entente et ils avaient beaucoup de respect l'un pour l'autre".

A l'étranger, le Premier ministre britannique Gordon Brown a notamment estimé qu'il serait regretté sur "chaque continent", tandis que son homologue irlandais Brian Cowen jugeait que son pays avait "perdu un véritable ami".

Surnommé de "lion de gauche", Ted Kennedy avait fait de la santé et de l'éducation ses deux grands chevaux de bataille et présidait la commission de la Santé au Sénat. Son décès intervient en pleine bataille pour réformer le système de l'assurance maladie aux Etats-Unis.

A la fin de sa vie, il s'était attiré l'admiration de tous dans le combat sans trêve qu'il a mené contre le cancer qui l'a finalement emporté.

Il y a deux semaines seulement, le 11 août, la soeur de Ted, Eunice Kennedy Shriver, était décédée à l'âge de 88 ans. Mais gravement malade, le sénateur, communément appelé "Teddy", n'avait pu assister aux funérailles.

Le sénateur, élu pour la première fois en 1962, avait été opéré en juin pour une tumeur au cerveau, diagnostiquée en mai 2008.

Né le 22 février 1932 à Boston (nord-est), benjamin des neuf enfants de Joseph et de Rosa Kennedy, catholiques d'origine irlandaise, il a représenté le Massachusetts au Sénat des Etats-Unis sans interruption depuis son élection en 1962, dans les rangs démocrates, au siège laissé vacant par son frère John, devenu président.

Juriste, diplômé de l'Université de Harvard et de l'Ecole de droit de l'Université de Virginie, Ted Kennedy était resté dans l'ombre politique de ses frères aînés jusqu'à l'assassinat de Robert, en juin 1968, durant la campagne présidentielle, pour devenir ensuite peu à peu une icône de la gauche américaine.

Connu pour son tempérament de bon vivant, il personnifiait aussi l'opulence et l'élitisme. Au point, selon ses détracteurs, que les scandales de sa vie privée lui auront coûté l'accession aux plus hautes fonctions. Il n'a ainsi jamais obtenu l'investiture de son parti pour l'élection présidentielle.

Mais il a aussi souffert des nombreuses tragédies qui ont frappé le "clan", dont les assassinats successifs de ses deux frères, le président John Fitzgerald Kennedy en 1963, et en 1968 de Robert, ancien ministre de la Justice, alors candidat à la Maison Blanche. Un autre frère, Joe, pilote, est décédé durant la Seconde guerre mondiale.

Avec Barack Obama
Spoiler:

Avec ses frères
Spoiler:

Source

_________________
avatar
Hachiko
Science-Fiction's Disciple

Féminin
Nombre de messages : 197
Age : 30
Localisation : Dans le TARDIS
Date d'inscription : 06/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://hachiko.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ils nous ont quitté...

Message par Hachiko le Dim 6 Sep - 21:02

Sim
1926 - 2009






Mort du comédien et humoriste français Sim

Le comédien et humoriste Sim, de son vrai nom Simon Berryer, est décédé tôt dimanche matin d'une embolie à Saint-Raphaël (Var), à l'âge de 83 ans, a annoncé à l'AFP le service de presse de la série de France 3 "Louis la Brocante" dont il était l'un des protagonistes.

Personnalité du théâtre et de la télévision depuis ses débuts dans les années 60 au côté de Jean Nohain, Sim a tourné de nombreux films dont "Cartouche" de Philippe de Broca, "Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais elle cause" de Michel Audiard, "Les Mariés de l'an II" de Jean-Paul Rappeneau, "Pinot simple flic" de Gérard Jugnot, et récemment "Astérix et Obélix aux Jeux Olympiques" de Thomas Langmann.

Sim, qui a aussi connu un grand succès avec son personnage de la "Baronne de la Tronche en biais" mis en scène dans des sketches, était le plus ancien pensionnaire de l'émission "Les Grosses Têtes" de RTL, depuis sa création en 1977.

Ces dernières années, Sim limitait ses engagements à la série "Louis la Brocante", au côté de Victor Lanoux. Le dernier épisode auquel il a participé doit être diffusé le 24 septembre.

France 3 a annoncé qu'elle rediffuserait dimanche soir un épisode de "Louis la Brocante", "Le mystère du viager", à la place de la série "Inspecteur Barnaby".

Jacques Balutin, l'un des partenaires de Sim aux "Grosses têtes", s'est dit "complètement effondré". "C'était quelqu'un de bon, de gentil", "un homme adorable", a-t-il déclaré sur RTL. "Il avait eu une carrière pas facile au début" mais "petit à petit, il a obtenu la notoriété et est devenu un grand acteur, un grand comédien, un grand comique en plus", a-t-il ajouté.

Il a précisé l'avoir vu pour la dernière fois en juillet lors d'un enregistrement des "Grosses Têtes" chez Philippe Bouvard.

Sim avait été hospitalisé pour une pneumonie il y a quelques jours.

Source

_________________
avatar
Hachiko
Science-Fiction's Disciple

Féminin
Nombre de messages : 197
Age : 30
Localisation : Dans le TARDIS
Date d'inscription : 06/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://hachiko.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ils nous ont quitté...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum